Get Adobe Flash player

Monthly Archives: November 2015

Alexandre Le Grand

On dit que sur le point de mourir, Alexandre le Grand demanda :

Que son cercueil soit transportĂ© Ă  bras d’hommes par les meilleurs mĂ©decins de l’Ă©poque.

Alexandre le Grand áŒˆÎ»Î­ÎŸÎ±ÎœÎŽÏÎżÏ‚ ᜁ ÎœÎ­ÎłÎ±Ï‚Que les trĂ©sors qu’il avait acquis (argent, or, pierres prĂ©cieuses…), soient dispersĂ©s tout le long du chemin jusqu’Ă  sa tombe, et… que ses mains restent Ă  l’air libre se balançant en dehors du cercueil Ă  la vue de tous.

Je veux, dit-il, que les mĂ©decins les plus Ă©minents transportent eux-mĂȘmes mon cercueil pour dĂ©montrer ainsi que face Ă  la mort, ils n’ont pas le pouvoir de guĂ©rir…

Je veux que le sol soit recouvert de mes trĂ©sors pour que tous puissent voir que les biens matĂ©riels ici acquis, restent ici-bas…

Je veux que mes mains se balancent au vent, pour que les gens puissent voir
Que les mains vides nous arrivons dans ce monde
et les mains vides nous en repartons
quand s’Ă©puise pour nous le trĂ©sor le plus prĂ©cieux de tous : LE TEMPS.»

Jean Sempé, Guérisseur

JEAN SEMPE – Serviteur de Dieu

Jean Sempé est mort le 9 janvier 1892 à Vincennes, un homme plein de jours et de vertus.

Il Ă©tait un Juste d’une grande simplicitĂ© et n’avait aucune espĂšce d’instruction ; nĂ©anmoins il fut grand devant Dieu et bon nombre de personne en France, voire Ă  l’étranger, l’ont pleurĂ© et le pleurent encore ;  car la renommĂ©e de ses bienfaits, de ses miracles de guĂ©risons obtenus par ses priĂšres, c’était rĂ©pandus un peu partout ; et chaque jour de nombreuses visites de malades, des lettres de demandes encore plus nombreuses, affluaient dans son humble retraite de la rue Fontaine.

Cette extraordinaire puissance de guĂ©rir les maladies les plus dĂ©sespĂ©rĂ©es, Jean SempĂ© la possĂ©dait au plus haut degrĂ© ; c’est par centaines qu’il faut compter les guĂ©risons opĂ©rĂ©es ; mais Jean SempĂ© dĂ©clarait humblement qu’il n’avait pas cette puissance en lui-mĂȘme ; il l’avait reçue d’un autre vieillard. Il priait, disait-il, faisait prier avec lui, bĂ©nissait ou magnĂ©tisait (ce qui est tout un) de l’eau, du sel, de l’huile, et chassait tout mais uniquement au nom de JĂ©sus et par JĂ©sus, que le malade fut en sa prĂ©sence ou trĂšs Ă©loignĂ©.

C’est ainsi qu’il vĂ©cut et passa au milieu de nous en faisant le bien, et maintenant il a reçu sa rĂ©compense. Sa dĂ©pouille mortelle repose au cimetiĂšre de Vincennes, et sur sa tombe vont le prier et l’invoquer ses nombreux et fidĂšles amis.

A lire et Ă  remercier

Fatima
Notre Dame de Lourdes
Sauvons plus de forĂȘt !
1 2 3 4 5 6 7