Get Adobe Flash player

Prières

Salve Regina

Salve, Regina, mater misericordiae.
Vita, dulcedo et spes nostra, salve.
Ad te clamamus, exsules filii Hevae.
Ad te suspiramus, gementes et flentes
in hac lacrimarum valle.
Eia ergo, Advocata nostra, illos tuos
misericordes oculos ad nos converte.
Et Jesum, benedictum fructum ventris tui,
nobis post hoc exilium ostende.
O clemens, o pia, o dulcis Virgo Maria !
Amen.
Salut, Reine, Mère de Miséricorde,
notre Vie, notre Douceur, et notre espérance, salut.
Vers toi nous élevons nos cris,
pauvres enfants d’Ève exilés.
Vers toi nous soupirons, gémissant
et pleurant dans cette vallée de larmes.
Tourne donc, ô notre Avocate,
tes yeux miséricordieux vers nous.
Et, Jésus, le fruit béni de tes entrailles,
montre-le nous après cet exil.
Ô clémente, ô pieuse, ô douce Vierge Marie !
Amen.

Prière au Saint-Esprit

Le Cardinal Mercier disait en parlant de sa Prière au Saint-Esprit : « Je vais vous révéler un secret de sainteté et de bonheur : si tous les jours, pendant cinq minutes, vous savez faire taire votre imagination, fermez vos yeux aux choses sensibles et vos oreilles à tous les bruits de la terre pour rentrer en vous-même, et là, dans le sanctuaire de votre âme baptisée, vous parlez à ce Divin Esprit … »

« O Esprit-Saint, Ame de mon âme, je Vous adore !
Eclairez-moi, guidez-moi, fortifiez-moi, consolez-moi.
Dites-moi ce que je dois faire, donnez-moi Vos ordres.
Je Vous promets de me soumettre à tout ce que Vous désirez de moi
et d’accepter tout ce que Vous permettrez qu’il m’arrive.
Faites-moi seulement connaître Votre volonté.
Amen »

Cardinal Mercier, né à Braine-l’Alleud le 21 novembre 1851 et mort à Bruxelles le , est un cardinal belge de l’Église catholique, primat de Belgique, 16e archevêque de Malines (1906-1926), et une figure marquante des débuts de l’œcuménisme (les Conversations de Malines avec les Anglicans) comme de la résistance nationale face à l’occupation allemande de la Belgique lors de la Première Guerre mondiale.

Neuvaine à Sainte Rita

Sainte Rita est considérée comme la Sainte des missions impossibles et des causes désespérées.

Réciter pendant 9 jours les prières suivantes :

Dieu tout puissant qui a fait de Sainte Rita,
un modèle de persévérance dans la prière,
de patience dans la vie conjugale et familiale,
et artisan de paix entre les hommes,
accorde-nous par son intercession, et si telle est ta volonté,
la grâce de ……………………………………………………

1er, 4è et 7è jour

Très compatissante Sainte Rita, avocate des causes urgentes, considère avec bienvaillance, les prières d’un coeur angoissé et accorde (moi ou nom de la personne) la grâce dont je/il/elle a tant besoin.

+ Notre Père, Je vous Salue Marie (3 fois), Gloire au Père

2è, 5è et 8è jour

Très compatissante Sainte Rita, avocate des causes urgentes,
sûr de la puissance de ton intercession, j’ai recours à toi.
Daigne agréer ma démarche pour (nom de la personne)
et la présenter toi-même à Dieu.

+ Notre Père, Je vous Salue Marie (3 fois), Gloire au Père

3è, 6è et 9è jour

Très compatissante Sainte Rita, dernier recours dans les causes urgentes,
je me confie à toi / confie à toi (nom de la personne) avec foi et amour.
Dans la situation que je t’ai exposé,
tu es mon ultime refuge / tu es l’ultime refuge de (nom de la personne).
Aie pitié de moi / de (nom de la personne),
par la Passion du Christ à laquelle tu participes si intimement !

+ Notre Père, Je vous Salue Marie (3 fois), Gloire au Père

Symbole de Nicée

Credo in unum Deum, Patrem omnipoténtem, factόrem cæli et terræ, visibílium όmnium, et invisibílium. Et in unum Dόminum Iesum Christum, Fílium Dei unigénitum. Et ex Patre natum ante όmnia sæcula. Deum de Deo, lumen de lúmine, Deum verum de Deo vero. Génitum, non factum, consubstantiálem Patri : per quem όmnia facta sunt. Qui propter nos hόmines, et propter nostram salútem descéndit de cælis. Et incarnátus est de Spíritu Sancto ex María Vírgine : et homo factus est. Crucifíxus étiam pro nobis : sub Pόntio Piláto passus, et sepúltus est. Et resurréxit tértia die, secúndum Scriptúras. Et ascéndit in cælum : sedet ad déxteram Patris. Et íterum ventúrus est cum glόria iudicáre vivos, et mόrtuos : cuius regni non erit finis. Et in Spíritum Sanctum, Dόminum, et vivificántem : qui ex Patre Filiόque procédit. Qui cum Patre, et Filio simul adorátur, et conglorificátur : qui locútus est per Prophétas. Et unam, sanctam, cathόlicam et apostόlicam Ecclésiam. Confíteor unum baptísma in remissiόnem peccatόrum. Et expécto resurrectiόnem mortuόrum. Et vitam ventúri sǽculi. Amen.
Je crois en un seul Dieu, le Père Tout-Puissant, Créateur du ciel et de la terre, et de toutes les choses visibles et invisibles.

Et en un seul Seigneur, Jésus-Christ, Fils Unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles, Lumière de Lumière, Vrai Dieu de Vrai Dieu, engendré, non créé, consubstantiel au Père, par qui tout a été fait, qui pour nous, hommes, et pour notre salut est descendu des cieux, s’est incarné du Saint-Esprit et de Marie, la Vierge, et s’est fait homme. Il a été crucifié pour nous sous Ponce Pilate, a souffert et a été enseveli ; et il est ressuscité le troisième jour selon les Écritures, et il est monté aux cieux et siège à la droite du Père ; et il reviendra en gloire juger les vivants et les morts ; son règne n’aura point de fin.

Et en l’Esprit Saint, Seigneur, qui donne la vie, qui procède du Père, qui est adoré et glorifié avec le Père et le Fils, qui a parlé par les prophètes. En l’Église, une, sainte, catholique et apostolique. Je confesse un seul baptême en rémission des péchés. J’attends la résurrection des morts, et la vie du siècle à venir. Amen.

Ave, Ave, Ave Maria

Chaque 18 février à Lourdes, quand la procession descend de l’église paroissiale jusqu’à la Grotte : c’est le temps nécessaire pour chanter les 60 couplets. Il vaut la peine de connaître les 60 couplets car ils racontent l’histoire et chantent la spiritualité de Lourdes.

(couplets 1 et 2)

Ô Vierge Marie
Le peuple chrétien
A Lourdes vous prie
Chez vous il revient

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Chantons votre histoire
Dans votre Cité :
Du haut de la gloire
Daignez l’écouter

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

(couplets 3 à 11) 11 février 1858 : la première apparition

Un jour Bernadette
Ramasse du bois
Avec deux fillettes
Qui pleurent de froid

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Jusqu’à Massabielle
L’enfant veut passer
Mais elle est si frêle
Comment traverser ?

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Un froid l’a saisie
Un bruit la surprend
Mais sur la prairie
Ne souffle aucun vent

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Le fond de la roche
S’éclaire l’instant
La Dame s’approche
Fait signe à l’enfant

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

La blanche apparence
Paraît à ses yeux
Comme une présence
Qui parle de Dieu

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Avec la parure
D’un lys immortel
Elle a pour ceinture
Un ruban du ciel

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Au pied de sa Mère
L’enfant qui la voit
Apprend à bien faire
Le signe de croix

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Les grains d’un rosaire
Courraient dans sa main
Et de la prière
Traçaient le chemin

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Longtemps Bernadette
Devant le rocher
Joyeuse, répète
Le chant de l’Ave

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Commentaire de Mgr Jacques Perrier (évêque de Tarbes et Lourdes) : La première apparition est celle qui est décrite avec le plus de précision. Effectivement, Bernadette était partie avec deux filles de son âge ramasser du bois. Pour atteindre l’endroit désiré, il fallait traverser, non pas le Gave, mais un canal qui alimentait le moulin de Savy. Le premier signe, c’est le bruit d’un coup de vent, alors que les arbres sont immobiles. Un bruit de vent : comme à la Pentecôte. Dans le creux du rocher apparaît une jeune fille, toute blanche, lumineuse, souriante. Bernadette prend son chapelet et veut faire le signe de croix. « Le bras m’est tombé », dira-t-elle. La jeune fille fait alors elle-même le signe de croix et Bernadette l’imite. Ceux qui, plus tard, verront Bernadette faire le signe de croix en resteront toujours saisis. Marie a donc appris à Bernadette à faire du signe de croix une vraie prière. Il est vrai que, dans le geste et les paroles qui l’accompagnent, tout est dit de la foi chrétienne. Les grains du chapelet que tient la jeune fille défilent entre ses doigts mais ses lèvres ne remuent pas. La Vierge ne va dire : « Je vous salue, Marie ! » Elle semble prononcer seulement le Gloria Patri. Marie est une créature : elle rend gloire à Dieu.

(couplets 12 à 14) 14 février : 2ème apparition

Elle était si belle
Comment la revoir ?
De moi que veut-elle ?
Comment le savoir ?

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Elle est revenue
Sans dire son nom
L’enfant tout émue
A peur du démon

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

D’un geste rapide
L’eau sainte a jailli
A l’enfant timide
La Dame a souri

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Commentaire de Mgr Jacques Perrier (évêque de Tarbes et Lourdes) : Dès le premier jour, Bernadette veut revenir à la grotte alors que la jeune fille ne lui a rien dit. Elle est si belle : si seulement, Bernadette pouvait la revoir ! Mais le diable sait se déguiser en ange de lumière. Quand elle retourne à la grotte le 14, Bernadette se munit d’eau bénite.

(couplets 15 à 17) 18 février : 3ème apparition

«Vous êtes venue
à Lourdes chez nous
Pauvresse inconnue
Qui suis-je pour vous ?»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

«Venez je vous prie
Ici quinze fois
Avec vos amies
Entendre ma voix»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

«Enfant généreuse
Un jour, je promets
De vous rendre heureuse
Au ciel, à jamais»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Commentaire de Mgr Jacques Perrier (évêque de Tarbes et Lourdes) : Pour la première fois, la jeune fille parle. Il n’est pas «nécessaire» qu’elle dise son nom mais elle s’adresse à Bernadette avec un grand respect : «Voulez-vous avoir la grâce de venir ici pendant quinze jours ?». Elle dit «vous» à Bernadette. Elle lui demande une grâce, à elle, la pauvresse inconnue : c’est le monde à l’envers. C’est l’Evangile. La jeune fille, toujours anonyme, fait entrevoir à Bernadette un autre monde où elle sera heureuse. C’est le monde des Béatitudes.

(couplet 18 à 21) 19 au 23 février : de la 4ème à la 7ème apparition

La foule croyante
Revient chaque jour
De l’humble voyante
Guettant le retour

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Ses yeux s’illuminent
Son front a pâli
Car elle devine
Un monde infini

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Le peuple fidèle
Pressent qu’aujourd’hui
Une ère nouvelle
Commence pour lui

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

La Dame est partie
Comment la revoir ?
L’enfant éblouie
Conserve l’espoir

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Commentaire de Mgr Jacques Perrier (évêque de Tarbes et Lourdes) : La première strophe du cantique parlait du «peuple chrétien» qui vient à Lourdes pour prier. A la Grotte, Bernadette n’a jamais été seule. Mais, aux quelques personnes des premiers jours a succédé un vrai groupe puis une petite foule. On y voit même des notables. Personne ne prétend voir ou entendre l’apparition. Bernadette s’en étonne, car la jeune fille lui parle comme une personne parle à une personne. A défaut de voir l’apparition, ils voient Bernadette et cela leur suffit : la beauté de l’apparition se reflète sur le visage de la fillette. Bernadette les entraîne dans sa prière. C’est la première mission de Lourdes : être une école de prière.

(couplets 22 et 23) 22 et 26 février : jours sans apparition

Deux fois la Bergère
Revient pour prier :
Aucune lumière
Au roc n’a brillé

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

«On dit qu’à la Grotte
J’ai tout inventé
Ma mère sanglote
On veut m’arrêter»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Commentaire de Mgr Jacques Perrier (évêque de Tarbes et Lourdes) : A deux reprises, durant la quinzaine, l’apparition ne se manifeste pas. Bernadette est troublée. Les uns y voient la preuve que tout cela n’est qu’illusion. Les autres rétorquent que, si Bernadette jouait la comédie, elle pourrait bien la jouer chaque jour. Les parents Soubirous sont déchirés. Ils ont toute confiance dans leur fille mais, dès le premier jour, ils ont compris que cette histoire leur attirerait des ennuis, alors qu’ils sont déjà dans une situation que nous dirions aujourd’hui de grande précarité. Le dernier vers de la strophe 23 passe rapidement sur un fait bien réel : les 21, 25 et 28 février, Bernadette comparaît devant le commissaire de police, puis le procureur, puis le juge du lieu. L’enjeu n’est pas la mort comme pour Jésus mais c’est quand même la prison : de quoi normalement faire peur à une fillette de 14 ans. Le préfet, lui, l’aurait bien envoyée à l’asile.

(couplets 24 à 28) 24 février : 8ème apparition

La Dame inconnue
Bientôt réapparaît
L’enfant à sa vue
Retrouve la paix

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

«Sachez que l’orage
Un jour passera
Que votre courage
Plus fort reviendra»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

L’enfant la supplie :
«Que dit votre cœur ?
– Je veux que l’on prie
Pour tous les pécheurs»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Avec insistance
La Dame trois fois
A dit : «Pénitence»
Chrétien, c’est pour toi !

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

«Mangez l’herbe amère
Qui sort du limon
Et dans la poussière
Courbez votre front»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Commentaire de Mgr Jacques Perrier (évêque de Tarbes et Lourdes) : Cette apparition est la première d’une nouvelle phase : celle de la pénitence. L’apparition demande à Bernadette de faire certains gestes «pour les pécheurs». Bernadette répond qu’elle obéira «de tout cœur». Bernadette pleure. Elle se courbe à terre ; elle marche à genoux ; elle tombe, comme le Christ sur le chemin du Calvaire. Elle mange un peu de l’herbe sauvage qui pousse en cet endroit. Plus tard, elle répondra avec humour : «Vous mangez bien de la salade !». Mais, pour l’instant, c’est la déception dans l’entourage : pourquoi fait-elle cela ? Elle répond : «Pour les pécheurs». Qui pensait alors aux herbes amères qui font partie du repas pascal juif, commémorant la libération de l’esclavage en Egypte, terre d’idolâtrie ?

(couplets 29 à 32) 25, 27, 28 février, 1er mars : de la 9ème à la 12ème apparition

«A cette fontaine
Venez et buvez ;
Dans l’eau pure et saine
Allez vous laver»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Le gave est tout proche
L’attire un instant
Un signe à la roche
Ramène l’enfant

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Tandis qu’elle creuse
Bientôt elle voit
Jaillir l’eau bourbeuse
Du sol dans ses doigts

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Ô source de vie
Qui rend la santé
Fontaine bénie
Comment te chanter ?

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Commentaire de Mgr Jacques Perrier (évêque de Tarbes et Lourdes) : L’appel à la pénitence et à la prière pour les pécheurs se répète. Mais un signe nouveau est donné : celui de la source, le 25 février. L’épisode est assez bien raconté par le cantique. L’eau est tellement boueuse au départ que Bernadette ne peut en boire qu’au quatrième essai. Mais, très vite, l’eau devient claire et abondante. Elle coule ainsi depuis 150 ans. C’est un beau symbole de la pénitence : la boue du péché se change dans l’eau pure de la miséricorde.

(couplets 33 à 38) 2 au 4 mars : de la 13ème à la 15ème apparition

«Je veux qu’ici même
Au pied de ces monts
Le peuple que j’aime
Vienne en procession»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

«Et qu’une chapelle
Bâtie en ce lieu
Aux hommes rappelle
Qu’il faut prier Dieu»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

«Allez dire aux prêtres
Le vœu de mon cœur
Allez le soumettre
A votre pasteur»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Le prêtre réclame
Un signe parlant :
«Quelle est cette Dame ?
Son nom, je l’attends»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

«Demande pour gage
A dit le pasteur
Qu’au rosier sauvage
Il pousse une fleur»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Avec un sourire
Accueillant ce vœu
La Dame veut dire :
«Je donnerai mieux»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Commentaire de Mgr Jacques Perrier (évêque de Tarbes et Lourdes) : Jusqu’ici, Bernadette n’avait reçu aucune mission. Elle avait consulté l’aumônier de l’Hospice et elle fréquentait la paroisse mais elle refusait de se donner un rôle dans l’Eglise. L’apparition lui demande d’aller trouver « les prêtres » pour qu’ils bâtissent une chapelle et organisent des processions. Comme ce sont des décisions d’importance, Bernadette va tout droit chez le curé. Le cantique adoucit la réaction du curé mais, effectivement, il demande que l’apparition dise qui elle est et qu’elle donne un signe. Ces journées sont rythmées d’allers et retours entre la grotte et le presbytère. Mais la dame reste muette et le rosier ne fleurit pas. La quinzaine s’achève dans la plus grande incertitude. Trois semaines passeront ainsi. C’est un temps d’épreuve. Bernadette comparaît encore une fois devant les autorités, le 18 mars. C’est le Carême.

(couplets 39 à 43) 25 mars : 16ème apparition

La terre est en fête
Dieu vivant vient nous sauver ;
L’Eglise répète
Le chant de l’ «Ave»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Ô vous dont la terre
Admire le don
Quel est ce mystère
De votre saint nom ?

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Trois fois la Bergère
Refait humblement
La même prière :
La Dame l’entend

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Marie à la terre
Livra son secret
Par cette bergère
Que tous ignoraient

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Vierge Immaculée
En vous nous croyons
Enfin révélée
Par votre vrai nom

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Commentaire de Mgr Jacques Perrier (évêque de Tarbes et Lourdes) : Le jour de l’Annonciation, Bernadette revient à la Grotte. Par trois fois, elle demande, de nouveau, à l’apparition, de se nommer. Comme pour l’eau, c’est seulement à la quatrième fois que sa démarche aboutit. «Je suis l’Immaculée Conception».Curieusement, le cantique ne reprend pas les mots mêmes de Marie. Il donne des paroles surprenantes de Marie une version banale : «Vierge immaculée». Or Marie a bien dit : «Je suis l’Immaculée Conception». Le curé répond logiquement : «Une dame ne peut pas porter ce nom-là». Et pourtant, c’est bien ainsi qu’elle s’est nommée.

(couplet 44) 7 avril : 17ème apparition

Le cierge qui brûle
Epargne ses doigts
Survient l’incrédule
Qui doute et qui croit

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Commentaire de Mgr Jacques Perrier (évêque de Tarbes et Lourdes) : Nous sommes au temps de Pâques. Bernadette tient un gros cierge dont la flamme lèche ses mains plusieurs minutes. Aucune brûlure. Un médecin, plutôt sceptique au départ, repart convaincu. La lumière du Christ ressuscité qui transparaît à travers nos humanités : c’est l’Eglise.

(couplet 45) 16 juillet : 18ème apparition

La Vierge fidèle
Revient mais se tait
Elle est bien plus belle
Alors que jamais

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Commentaire de Mgr Jacques Perrier (évêque de Tarbes et Lourdes) : Dans les deux dernières apparitions, la Vierge est redevenue silencieuse. Avant de dire son nom, Marie a fait suivre à Bernadette un chemin de foi. Après avoir dit son nom, elle se tait de nouveau : retour à la prière et au service quotidien.Le jour de la fête de Notre-Dame du Mont Carmel, 16 juillet, Bernadette se sent attirée vers la Grotte. Elle reste à distance, car la grotte a été barricadée par les autorités civiles mais elle voit la Vierge «plus belle que jamais».

(couplets 46 à 47) 18 janvier 1862

Fidèle au message
L’Eglise a parlé
Rendant témoignage
A la vérité

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

«Marie est venue
chez nous 18 fois
L’enfant qui l’a vue
Est digne de foi»

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Commentaire de Mgr Jacques Perrier (évêque de Tarbes et Lourdes) : Le 18 janvier 1862, l’évêque du lieu, Mgr Laurence, déclare l’authenticité des apparitions. Le cantique a raison de ne pas en faire un article de foi. Les apparitions restent des grâces privées auxquelles le catholique n’est pas tenu de croire. Il aurait pourtant bien tort de ne pas en tirer profit : c’est ce que développent les treize derniers couplets.

(couplets 48 à 60) Lourdes depuis 150 ans

La foule innombrable
Depuis ce grand jour
Revient inlassable
Chanter son amour

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

La Grotte où l’on prie
Dispense la paix
C’est là que Marie
Répand ses bienfaits

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

On voit la fontaine
Couler sans tarir
Et la foule humaine
Passer sans finir

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Aux grâces nouvelles
Sachons obéir
Car Dieu nous appelle
A nous convertir

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

On dit son rosaire
On vit dans la foi
Avec vous ô Mère
On porte sa croix

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Le Dieu qui pardonne
Absout le pécheur
La grâce rayonne
Au nom du Sauveur

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Sans cesse ô Marie
Au Christ menez-nous
Le Dieu de l’Hostie
Triomphe chez vous

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Nos croix sont bien lourdes
Quand Dieu est lointain
La grâce de Lourdes
Est notre soutien

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Avec tous les nôtres
Dans notre cité
Soyons les apôtres
De paix, d’unité

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Salut ô Marie
Le fils du Dieu Saint
Qui vous a choisie
Bénit votre sein

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

A l’heure dernière
Pour nous les pécheurs
Veuillez Sainte Mère
Prier le Sauveur

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Ô Vierge Marie
Vivons dans l’espoir
Après cette vie
Au ciel de vous voir

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

Que votre louange
Redise sans fin
Le chant que l’Archange
Apprit aux humains

Ave, Ave, Ave Maria ! Ave, Ave, Ave Maria !

108 mantras of workship de Sri Anandamayi

1. Om Matre Namah  
2. Om Hridayavasinyai Namah Hriday = heart, Vasini = She who resides
3. Om Sanatanyai Namah Sanatani = The Eternal one
4. Om Anandamayai Namah Anandamayi = Bliss permeated
5. Om Bhuvana ujjalayai Namah Bhuvan = Universe, Ujjala = One who illuminates
6. Om Jananyai Namah Janani = She who gives birth
7. Om Shuddhayai Namah Shuddhya = Pure
8. Om Nirmalayai Namah Nirmala = Clear, Mal = Impurity
9. Om Punyavistarinyai Namah She who spreads virtue all around
10. Om Rajrajeshwaryai Namah Rajrajeshwari = Queen of queens
11. Om Swahayai Namah Swaha = Mantra uttered while offering oblations to the sacrificial fire
12. Om Swadhayai Namah Swadha = Mantra uttered while offering to the departed predecessors or ancestors
13 Om Gouryai Namah Gouri = Fair Complexion
14. Om Pranavarupinyai Namah Pranav = OM, the audio representation of Brahman, the ultimate reality or the Supreme Being ; Rupini = Representation
15. Om Saumyayai Namah Saumya = Pleasing
16. Om Saumyatarayai Namah Saumyatara = Pleasing to a higher degree
17. Om Satyayai Namah Satya = Truth
18. Om Manoharayai Namah Mana = Mind ; Hara = One who steals
19. Om Purnayai Namah Purna = Fullness
20. Om Paratparayai Namah Paratpara = Superior to the superior
21. Om Ravishashi kundalayai Namah Ravi = The sun, Shashi = The moon,Kundala = Earring ; Whose earrings are the sun and the moon
22. Om Mahavyom kuntalayai Namah Maha = Great, Vyom = Sky, Kuntal = hair ; The vast expanse of the sky are like her hair
23. Om Viswarupinyai Namah Viswa = The universe. Rupini = Assuming the form ; Assuming all forms in the universe
24. Om Aishwarya bhatimayai Namah Aishwarya = Riches ; Bhatima = Splendour
25. Om Madhurya pratimayai Namah Madhurya = Sweetness ; Pratima = Image
26. Om Mahima manditayai Namah Mahima = Greatness / a divine power acquired by Yogis ; Mandita = attributed with
27. Om Ramayai Namah Rama = Consort of Lord Vishnu / pleasing
28. Om Manoramayai Namah Mana = The mind ; Rama = Pleasing
29. Om Shantyai Namah Shanti = Peace
30. Om Shantayai Namah Shanta = Peaceful / composed
31. Om Kshamayai Namah Kshama = forgiveness
32. Om Sarva devamayai Namah Sarva all, Devamayi = Abode of gods
33. Om Sarva devimayai Namah Sarvadevimayi = Abode of all goddesses
34. Om Sukhadayai Namah Sukh = Happines, da = One who offers ; One who offers happiness
35. Om Varadayai Namah Var = Boon. Varada = One who offers boons.
36. Om Bhaktidayai Namah Bhakti = Devotion, Bhaktida = one who provides devotional mentality
37. Om Jnanadayai Namah Jnana= Knowledge / Wisdom ; Jnanada = One who gives wisdom
38. Om Kaivalya dayinyai Namah Kaivalya = Eternal emancipation or final beatitude, Dayini = one who gives
39. Om Vishwa prasavinyai Namah Vishwa = Universe ; Prasavini = Birth giver
40. Om Vishwa palinyai Namah Palini = One who looks after / sustainer
41. Om Vishwa samharinyai Namah Samharini = destroyer
42. Om Bhaktapran rupayai Namah Bhakta = Devotee ; Pran = Life force ; Rupa = Form ; As a form of the life force of the devotees
43. Om Murtimatyai Namah Murtimati = One who takes the form of the image
44. Om Kripayai Namah Kripa = Grace
45. Om Triloka tarinyai Namah Trilok = Three worlds : heaven, earth and the nether region ; Tarini = Rescuer
46. Om Karya karan bhutayai Namah Karya = Actions; Karan = Cause, Bhuta = Inner Principle
47. Om Bhedabhedatitayai Namah Bhed = Differentiation, Abhed = Non differentiation, Atita = beyond
48. Om Paramayai Namah Parama = The ultimate
49. Om Paramadevatayai Namah Parama devata = The ultimate God
50. Om Vidyayai Namah Vidya = Learning / wisdom
51. Om Vinodinyai Namah Vinodini = Gratifier
52. Om Yogijana ranjinyai Namah Yogijana = The yogis, Ranjini = Amusing
53. Om Bhavbhayabhanjinyai Namah Bhav = World, Bhaya = fear, Bhavabhaya = Worldly fear. Bhanjini = Dispeller
54. Om Mantra bijatmikayai Namah Mantra = Divine syllable/ sound, Bija = seed ; Atmika = Self same / Inner spirit of the seed of mantra
55. Om Veda prakashikayai Namah Veda = The vedas. Prakashika = Revealer
56. Om Nikhila vyapikayai Namah Nikhil = Universe, Vyapika = Pervader / encompassing
57. Om Sagunayai Namah Saguna = One with qualties/ attributes
58. Om Sarupayai Namah Sarupa = One with definite form
59. Om Nirgunayai Namah Nirguna = One with no attributes
60. Om Nirupayai Namah Nirupa = One with no form
61. Om Mahabhavamayai Namah Maha = Great, bhava = Inner disposition
62. Om Nirantarayai Namah Nirantara = Ever present
63. Om Gunamadhuryai Namah Guna = Quality : Madhuri = Sweetness
64. Om Parayai Namah Para = The ultimate reality
65. Om Purnabrahmane Namah Purna = Full / totality : Brahman = The supreme reality
66. Om Narayanayai Namah Nara = Human, Ayan = Abode ; Narayana = The ultimate Lord whose abode is the human heart
67. Om Mahadevyai Namah Mahadevi = The supreme Goddess
68. Om Padmanabhaya Namah Padma = Lotus. Nabhi = Navel ; Padmanabh = Lord Vishnu sleeping on the Serpent bed on the Causal fluid ; A lotus came out of His navel and Brahma the Lord of Creation is sitting on the lotus (Once Ma identified herself with Lord Padmanabha)
69. Om Kalyai Namah Kali = A form of the supreme Goddess
70. Om Bhavatapa pranashinyai Namah Bhava = world ; Tapa = the heat of Sufferings ; Pranashini = Destroyer / Dispeller
71. Om Anandaghana murtaye Namah Ananda = Bliss, Ghana = Concentrated. Murti = image
72. Om Sriyai Namah Shri = The goddess Laxmi / prosperity
73. Om Yajna atmikayai Namah Yajna = Offerings in the fire in the name of the gods, Atmika = the inner principle
74. Om Puranpurushaya Namah Puran = The old scriptures written in verse by the sage Vyasa. There are 18 puranas and 18 sub-puranas. The ultimate Being described by all puranas
75. Om Nishkrodhayai Namah Ni = No ; Krodh = Anger
76. Om Niragayai Namah Ni = No ; Raga = attachment / likings
77. Om Ragadwesha vivarjitayai Namah Raga = liking, Dwesha = dislikings, Vivarjita = without / shaken off
78. Om Ambayai Namah Amba = The goddess mother
79. Om Ambikayai Namah Ambika = The mother goddess Durga
80. Om Jagadambikayai Namah Jagat = World ; Ambika = Mother goddess
81. Om Nirdoshayai Namah Ni = no, Dosha = Vice/ disqualfications
82. Om Swabhavasthitayai Namah Swa = self, Bhava = Inner state ; Sthita = One who rests in
83. Om Swakriyayai Namah Swa = self, Kriya = Action ; Her actions are She herself
84. Om Swarasamritayai Namah Swa = Self, Rasa = juice, Amrit = Nectar ; She herself is the juice of Her nectar
85. Om Mokshada duhitre Namah Mokshada = Name of Ma’s mother, Duhitri = Daughter
86. Om Vipin duhitre Namah Vipin = Name of her father, Duhitri = Daughter
87. Om Varalabdhayai Namah Vara = Boon from the Divine, Labdha = Attained, She came as a result of the boon granted to her grandmother by the goddess Kali. This temple is near her father’s house in a village called Kasba now in Tripura, a few kilometers from her birthplace which is now in Bangladesh
88. Om Prema murtaye Namah Prema = Love, Murti = image
89. Om Bholanath bharyayai Namah Bholanath = Name of her husband Shri Ramani Mohan Chakraborty. This name Bholanath was given to him by Ma. Bholanath is also the name of Lord Shiva. Bharya = wife
90. Om Sarvagayai Namah Sarva = All, Sarvaga = one who goes all over ; Her life was that of a traveller all over India
91. Om Sahaj samadhi dhritayai Namah Sahaja = Natural/ Perpetual. Samadhi = Total dissolution in the divine. Dhrita = Held ; She was always in a state of Perpetual samadhi
92. Om Hemkanti vibhratyai Namah Hem = Gold, Kanti = Lustre. Vibhrati = Emanates. She who emanates a golden lustre
93. Om Bhaktananda dayinyai Namah Bhakta = devotee, Anandam = bliss, Da-ini = giver
94. Om Sharadindujita smitayai Namah Sharad = Autumn, Indu = The Moon, jita = Conquerer, Smita = Smile. One whose Smile conquers the (beatitude of the) autumn Moon
95. Om Kalpavriksh upamanayai Namah Kalpa vriksh = Wish fulfilling tree ; The Celestial tree that grants all wishes ; Upaman = similar
96. Om Sharanagata vatsalayai Namah Sharan = Refuge, Agata = One who Comes, Vatsala = Kind /merciful. She is ever merciful to him who comes to take refuge in Her
97. Om Kleshapasha tarinyai Namah Klesh = strife / pain, Pasha = Rope of bondage, Tarini = liberator
98. Om Hridkamal virajitayai Namah Hridi = Heart, Kamal = Lotus, Virajita = Resident ; One who resides in the lotus of the heart
99. Om Ananda rupinyai Namah Ananda = bliss, Rupini = image
100. Om Ananda datre Namah Ananda = bliss, Datri = giver
101. Om Ananda vardhanyai Namah Ananda = bliss, Vardhini = One who adds to
102. Om Ananda dharinyai Namah Ananda = bliss, Dharini = one who holds
103. Om Sangitpriyayai Namah Sangit = Song, Priya = One who loves
104. Om Gururmatre Namah Guru = The mentor, Matri = Mother, She is mother as Guru
105. Om Matri gurave Namah Matri = Mother ; She is Guru as mother
106. Om Tirtha vasinyai Namah Vasini = One who resides. The name Thirthavasini was given to her by Her grandmother after Her birth
107. Om Narayanyai Namah Narayani = The Consort (power) of Narayan
108. Om Mahadevaya Namah Mahadeva = She who is the great Lord Herself

L’Enfant-Jésus de Prague

Souvenez-vous, Divin Enfant Jésus,
de la promesse faite à la vénérable Marguerite du Saint Sacrement :

Pour obtenir une grâce,
recours à mon Coeur d’Enfant.
Ne manque jamais de la demander
par les mérites de ma Sainte Enfance,
et je ne te la refuserai pas.
Puise dans les trésors de mon Enfance.”

Par les mérites de votre Sainte Enfance,
par l’intercession de votre Mère,
par celle des saints archanges Michel, Gabriel et Raphaël,
daignez m’accorder les grâces que je sollicite…

En priorité, aidez-moi à mener une vie sainte,
afin de parvenir dans les l’éternelle patrie.

Doux Jésus,
persuadé que vous écouterez ma prière,
je vous exprime ma confiance et ma gratitude.

Neuvaine à Notre Dame de Lourdes

 

Notre Dame-Dame de Lourdes,
priez pour nous.

 

Sainte Bernadette,
priez pour nous.

Notre Dame de Lourdes,
nous venons te contempler,
et comme toi,
mettre notre confiance en Dieu, notre Rocher.

Ta vie nous dévoile que tu as fait de Lui
ton refuge et ton appui.

En Lui, tu as trouvé ta force pour dire le “Oui”
de la servante.

Nous te recommandons tous ceux qui se sentent faibles,
écrasés dans ce monde,
qui errent sans refuge, sans salut.

Nous te prions nous-mêmes, et pour l’Eglise.
Que le Christ soit toujours la pierre de fondement
sur laquelle elle s’appuie, pour donner au monde l’eau vive du salut !

Prière au Saint Esprit de St Augustin

O divin amour,
ô lien sacré qui unissez le Père et le fils,
Esprit tout puissant, fidèle consolateur des affligés,
pénétrez dans les abîmes profonds de mon cœur
et faites-y briller votre éclatante lumière.

Répandez votre douce rosée sur cette terre déserte,
afin de faire cesser sa longue aridité.

Envoyez les traits célestes de votre amour jusqu’au sanctuaire de mon âme,
afin qu’en y pénétrant ils allument des flammes ardentes
qui consument toutes mes faiblesses, mes négligences et mes langueurs.

Venez donc, venez doux consolateur des âmes désolées,
refuge dans les dangers et protecteur dans la détresse.

Venez, vous qui lavez les âmes de leurs souillures et qui guérissez leurs plaies.
Venez, force du faible, appui de celui qui tombe.
Venez, docteur des humbles et vainqueur des orgueilleux.
Venez, père des orphelins, espérance des pauvres,
trésor de ceux qui sont dans l’indigence.
Venez, étoile des navigateurs, port assuré de ceux qui ont fait naufrage.
Venez, force des vivants et salut de ceux qui vont mourir.
Venez, ô Esprit-Saint, venez et ayez pitié de moi.

Rendez mon âme simple, docile et fidèle,
et condescendez à ma faiblesse,
avec tant de bonté que ma petitesse trouve grâce devant votre grandeur infinie,
mon impuissance devant votre force,
mes offenses devant la multitude de vos miséricordes.

Par Notre-Seigneur Jésus-Christ, mon Sauveur.

Acte d’offrande de Ste Thérèse de Lisieux

La Bienheureuse Thérèse de l’Enfant-Jésus, portait jour et nuit sur son coeur cet acte d’offrande, dans le livre des saints Evangiles :

O mon Dieu, Trinité bienheureuse,
je désire vous aimer et vous faire aimer,
travailler à la glorification de la sainte Eglise,
en sauvant les âmes qui sont sur la terre
et en délivrant celles qui souffrent dans le Purgatoire.
Je désire accomplir parfaitement votre volonté
et arriver au degré de gloire que vous m’avez préparé dans votre royaume ;
en un mot, je désire être sainte,
mais je sens mon impuissance,
et je vous demande, ô mon Dieu, d’être vous-même ma sainteté.

Puisque vous m’avez aimée jusqu’à me donner votre Fils unique
pour être mon Sauveur et mon Epoux,
les trésors infinis de ses mérites sont à moi ;
je vous les offre avec bonheur,
vous suppliant de ne me regarder qu’à travers la Face de Jésus
et dans son Coeur brûlant d’amour.

Je vous offre encore tous les mérites des Saints qui sont au ciel et sur la terre,
leurs actes d’amour et ceux des saints Anges ;
enfin je vous offre,
ô bienheureuse Trinité,
l’amour et les mérites de la sainte Vierge, ma Mère chérie ;
c’est à elle que j’abandonne mon offrande, la priant de vous la présenter.

Son divin Fils, mon Epoux bien-aimé,
aux jours de sa vie mortelle, nous a dit :
« Tout ce que vous demanderez à mon Père en mon nom, il vous le donnera. »
Je suis donc certaine que vous exaucerez mes désirs…
Je le sais, ô mon Dieu, plus vous voulez donner, plus vous faites désirer.

Je sens en mon coeur des désirs immenses,
et c’est avec confiance que je vous demande de venir prendre possession de mon âme.
Ah !  je ne puis recevoir la sainte communion aussi souvent que je le désire ;
mais, Seigneur, n’êtes-vous pas Tout-Puissant ?
Restez en moi comme au Tabernacle, ne vous éloignez jamais de votre petite hostie.

Je voudrais vous consoler de l’ingratitude des méchants,
et je vous supplie de m’ôter la liberté de vous déplaire.
Si par faiblesse, je tombe quelquefois,
qu’aussitôt votre divin regard purifie mon âme,
consumant toutes mes imperfections,
comme le feu qui transforme toute chose en lui-même.

Je vous remercie, ô mon Dieu,
de toutes les grâces que vous m’avez accordées :
en particulier de m’avoir fait passer par le creuset de la souffrance.
C’est avec joie que je vous contemplerai au dernier jour,
portant le sceptre de la croix ;
puisque vous avez daigné me donner en partage cette croix si précieuse,
j’espère au ciel vous ressembler,
et voir briller sur mon corps glorifié les sacrés stigmates de votre passion.

Après l’exil de la terre,
j’espère aller jouir de vous dans la patrie ;
mais je ne veux pas amasser de mérites pour le ciel,
je veux travailler pour votre seul amour,
dans l’unique but de vous faire plaisir,
de consoler votre Coeur sacré,
et de sauver des âmes qui vous aimeront éternellement.

Au soir de cette vie,
je paraîtrai devant vous les mains vides ;
car je ne vous demande pas, Seigneur, de compter mes oeuvres…
Toutes nos justices ont des taches à vos yeux
!
Je veux donc me revêtir de votre propre Justice,
et recevoir de votre amour la possession éternelle de vous-même.
Je ne veux point d’autre trône et d’autre couronne que vous, ô mon Bien-Aimé.

A vos yeux, le temps n’est rien ;
un seul jour est comme mille ans.
Vous pouvez donc en un instant me préparer à paraître devant vous.

Afin de vivre dans un acte de parfait amour,
JE M’OFFRE COMME VICTIME D’HOLOCAUSTE A VOTRE AMOUR MISÉRICORDIEUX,
vous suppliant de me consumer sans cesse,
laissant déborder en mon âme les flots de tendresse infinie qui sont renfermés en vous,
et qu’ainsi je devienne martyre de votre amour, ô mon Dieu !

Que ce martyr,
après m’avoir préparée à paraître devant vous,
me fasse enfin mourir,
et que mon âme s’élance sans retard dans l’éternel embrassement de votre miséricordieux amour !

Je veux, ô mon Bien-Aimé,
à chaque battement de mon coeur,
vous renouveler cette offrande un nombre infini de fois,
jusqu’à ce que, les ombres s’étant évanouies,
je puisse vous redire mon amour dans un face à face éternel ! ! !

 

MARIE-FRANÇOISE-THÉRÉSE DE L’ENFANT-JÉSUS ET DE LA SAINTE FACE

Fatima