Get Adobe Flash player

Knock Mhuire

Knock Mhuire

L’apparition √† Knock Mhuire, en Irlande, rappelle celles de Pontmain et de Gietrzwalde. Le contexte historique est tout aussi dramatique. A Knock Mhuire, les paysans irlandais ne sont pas propri√©taires des terres qu’ils travaillent. L’Irlande de 1879 se trouve encore sous la totale domination de l’Angleterre. La maladie de la pomme de terre a occasionn√© une grave famine dans le pays, contraignant plus d’un million d’Irlandais √† √©migrer √† l’√©tranger. L’apparition mariale va √™tre un r√©confort spirituel pour tout le pays.

Le 21 ao√Ľt 1879, vers 19 heures, Marguerite Byrne, une jeune fille de 15 ans, rentre chez elle. Devant l’√©glise, elle voit une lumi√®re insolite sur l’un des murs ext√©rieurs. Mais elle n’y pr√™te pas attention. Peu apr√®s, Mary Mc Loughlin, une femme de 26 ans, passant elle aussi par l√†, voit 3 formes lumineuses sur le m√™me mur. Elle pense tout d’abord qu’il s’agit de statues. Au retour, accompagn√©e par une amie, elle voit toujours les 3 figures de lumi√®res sur le mur. Elle remarque qu’elles se mettent √† bouger. Elle comprend qu’il s’agit d’apparitions.

Pendant que d’autres personnes se rendent sur les lieux. Mary va pr√©venir le cur√© de la paroisse, qui n’accorde pas d’importance √† ce ph√©nom√®ne.¬† Il pense qu’il ne s’agit que d’un jeu de lumi√®re provoqu√© par l’une des vitres de l’√©glise. Pourtant une vingtaine de personnes affirment avoir contempl√© une sc√®ne extraordinaire.

Toutes vont √™tre interrog√©s en d√©tail par la Commission d’enqu√™te, form√©e peu apr√®s. Elles laissent des t√©moignages pr√©cis, dont celui de Patrick Hill, 14 ans :
“Nous v√ģmes les figures devant le mur : la Sainte Vierge, Saint Joseph, Saint Jean et un autel, avec un agneau sur l’autel et une croix derri√®re l’agneau (…).
Je contemplai distinctement la Tr√®s Sainte Marie. De grandeur naturelle, elle se tenait √† environ 2 pieds (60 cm) au-dessus du sol, en v√™tements blancs attach√©s au cou. Elle tenait ses mains comme si Elle √©tait en pri√®re, lev√©es √† la hauteur des √©paules et penchant l√©g√®rement vers son visage ; les paumes de ses mains face l’une √† l’autre. Ses yeux, tels que je les voyais, √©taient tourn√©s vers le ciel. Elle portait une couronne brillante sur la t√™te, et sur le front, √† l’endroit o√Ļ la couronne s’adaptait au front, une belle rose (…). Par moments, elle semblait se d√©placer, ainsi que les autres figures, avan√ßant un peu, puis reculant. Je les vis bouger. Mais aucune ne pronon√ßa un seul mot. Je les vis de tr√®s pr√®s (…).
Je vis Saint Joseph, √† la droite de la Tr√®s Sainte Vierge. Sa t√™te √©tait en avant, il semblait rendre hommage √† Marie. J’ai remarqu√© ses favoris, ils paraissaient l√©g√®rement gris. Je vis aussi les pieds de Saint Joseph. Quant √† ses mains, elles √©taient jointes comme celles d’une personne en pri√®re.
La 3√®me figure debout devant moi √©tait celle de de Saint Jean l’Evang√©liste. Il se tenait droit, aupr√®s de l’autel, du c√īt√© de l’Evangile, en angle avec la figure de la Tr√®s Sainte Vierge, de fa√ßon √† ne tourner son dos ni √† l’autel ni √† la M√®re de Dieu. Saint Jean √©tait habill√© comme un √©v√™que en train de pr√™cher. Il portait une petite mitre sur sa t√™te. Il tenait dans sa main gauche un livre de messe ou un livre d’Evangile. Sa main droite √©tait lev√©e √† la hauteur de sa t√™te, avec l’index ouvert et les 3 autres doigts ferm√©s. Il paraissait comme en train de pr√™cher, mais je n’entendis aucun mot (…).
Sur l’autel se tenait un agneau de 8 semaines, sa face tourn√©e vers l’ouest, regardant dans la direction de la Sainte Vierge et de Saint Joseph. Derri√®re l’agneau, je voyais des anges flottant tout le temps.”

L’apparition dure 2 heures, sans que les 3 personnages se mettent √† parler. Cet √©v√®nement fait grand bruit. Les p√®lerins ou les curieux se multiplient.

Des gu√©risons miraculeuses…

D√®s le 31 ao√Ľt, une 1√®re gu√©rison est signal√©e : une fillette de 12 ans, sourde de naissance, est gu√©rie imm√©diatement alors qu’elle s’agenouille devant le mur des apparitions. D’autres gu√©risons, ainsi que des conversions, ont lieu.

En octobre, l’archev√™que de Tuam, dont d√©pend la paroisse, met en place une Commission d’enqu√™te, compos√©e d’experts eccl√©siastiques et de la la√Įcs. Au printemps 1880, elle se prononce en faveur de la reconnaissance de l’authenticit√© de faire une d√©claration canonique, pour ne pas subir les foudres de l’occupant anglais. Mais il encourage l’organisation de p√®lerinages. Le nombre √©lev√© de p√®lerins et des gu√©risons reconnues font de Knock le “Lourdes” de l’Irlande.

L’apparition silencieuse de Knock a donn√© lieu √† diverses interpr√©tations. Le message n’est pas seulement marial, mais √©galement eucharistique du fait de la pr√©sence d’un autel et de l’Agneau pascal. Des th√©ologiens ont fait remarquer que le 21 ao√Ľt, le cur√© de la paroisse venait d’achever une s√©rie de 100 messes, commenc√©e le 14 mai, en faveur des √Ęmes du Purgatoire.

Fatima
Notre Dame de Lourdes
Sauvons plus de forêt !
1 2 3 4 5 6 7