Get Adobe Flash player

Prière

La PRIERE est un acte codifié ou non, collectif ou individuel, par lequel une requête est adressée à Dieu ou à une divinité ou à un être désigné comme médiateur de Dieu ou de la divinité. On trouve trois types de prières : la prière d’intercession (pour demander un bienfait pour quelqu’un ou soi-même), la prière de confession, et la prière de gratitude. Elle est parfois présentée comme une attitude intérieure, méditative, quand elle ne contient pas explicitement de requête et cherche alors à produire un sentiment d’unité avec Dieu ou la divinité (oraison silencieuse).

La Prière Chrétienne

Le « Notre Père » (Pater Noster) est considéré comme la prière fondamentale enseignée par Jésus-Christ.

La prière est un acte fondamental de la foi chrétienne, vécue comme une action de Grâce et de communion avec Dieu, une communion d’esprits entre Dieu et les Siens.

C’est “Dieu le Père” que le croyant prie “au Nom du Seigneur Jésus-Christ”.

« Tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils.  Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai» (Evangile selon Saint Jean)

« En ce jour-là, vous ne m’interrogerez plus sur rien. En vérité, en vérité, je vous le dis, ce que vous demanderez au Père, il vous le donnera en mon nom. Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom. Demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite»  (Evangile selon Saint Jean)

Des pratiques de méditation, de jeûne et de veille peuvent être associées à la prière, de même que des lectures de textes, bibliques ou non. Pour le croyant, Dieu est partout et la prière peut donc avoir lieu en n’importe quel lieu.

Les pratiques et des conceptions théologiques secondaires différencient les différents courants chrétiens. En particulier dans les Églises catholiques et orthodoxes, on reconnaît la prière par les Saints et la Vierge Marie.

Merveilleux Rosaire :

  • Prier avec amour, douceur, humilité, confiance, sincérité, simplicité, attention, sans précipitation, avec ferveur, insistence, désir ardent de sa réalisation
  • Réciter le chapelet plusieurs fois par jour ou en plusieurs fois dans la journée
  • S’abstenir de critiquer, d’être vengeur, malhonnête, de haïr, jalouser… toute la journée et les suivants
  • Visualiser des lieux saints (Lourdes, Lisieux, la Chapelle de la Médaille miraculeuse à Paris…) et s’imaginer prier seul(e) ou avec les fidèles devant l’autel

 

La Prière Bouddhique

Dans le bouddhisme theravāda ou le bouddhisme Zen, les moines ne prient pas car la prière n’a pas de sens en raison de l’impersonnalité des êtres, hors d’une pratique de dévotion laissée au commun du peuple. L’attachement aux rites ou la croyance aux effets de la prière (silavrata-paramarsa) fait d’ailleurs partie des dix liens qu’il faut briser pour parvenir à l’Eveil.

Dans le bouddhisme tibétain, la prière est un accompagnement des pratiques comme la méditation ou les enseignements. Elle est parlée ou chantée et permet d’avoir une intention altruiste et de se concentrer sur un but : l’éveil. Pour prendre refuge, on commence en ces termes : “En le Bouddha, le Dharma et la Sangha, je prends refuge jusqu’à l’éveil”, ce qui signifie que l’on va vers le Bouddha, son enseignement, et la communauté bouddhique. Ensuite on remercie d’autres personnages importants du bouddhisme pour leur apport au monde. On peut aussi prier lors des repas pour remercier les bouddhas et les circonstances d’avoir à manger.

La Prière Islamique

La prière musulmane (salat), demande au croyant de louer la grandeur de Dieu (Allah), de se soumettre à Lui, et de Lui demander de pardonner pour ses péchés. Il faut pour cela s’être purifié par les ablutions et avoir une pureté de l’intention (niyya). La prière musulmane est aussi une forme de méditation pratiquée (la prosternation) pour se remémorer et ne pas oublier Dieu (Allah).

La Prière Juive

L’interprétation de la halakha (loi judaïque) par le judaïsme orthodoxe établit que les hommes juifs doivent prier:

  • trois fois par jour lors des jours ordinaires (de dimanche à vendredi) : l’office du matin (šaḥarit) est inspiré par le patriarche biblique Abraham, l’après-midi (minḥa) par Isaac et le soir (maariv) par Jacob ;
  • quatre fois (l’office de Moussaf est alors intercalé après Sha’harit) lors du shabbat hebdomadaire ainsi que la plupart des jours fériés judaïques ;
  • et cinq fois (l’office de Neʿîlâ est ajouté en clôture de la journée de jeûne) sur le Yom Kippour.

A préciser : Les femmes juives doivent prier au moins une fois chaque jour, mais sans une longueur fixe, et le système des prières journalières n’est pas requis pour les femmes.

Pour les juifs, il y a une différence entre la prière en communauté (en miniane ou quorum) et la prière privée (personnelle). La prière en communauté est plus désirable, puisque cela permet de pratiquer des portions du rite, comme la lecture du kaddish par exemple, qui ne peuvent être pratiquées sans un quorum.

La plupart de la liturgie juive est chantée ou parlée en rythme avec une mélodie traditionnelle ou un nigoun.

Fatima